Fiche d’information de base : Perruche ondulée

Perruche ondulée

Perruche ondulée

Espèce



“Perruche” est un terme générique pour parler d’un petit psittacidé avec une longue queue. Il y a plusieurs espèces de perruche, mais l’une des plus populaires est la perruche ondulée. Les perruches ondulées sauvages vivent en bandes nombreuses dans un habitat varié comme les régions boisées, les prairies, et la garrigue Australienne et tasmanienne. Une autre espèce populaire est la perruche de Bourke qui vie dans les régions Sud et Est de l’Australie.

Taxonomie



Classe: Aves
Ordre: Psittaciformes
Famille: Psittacidae
Melopsittacus undulates – Perruche ondulée
Neopsephotus bourkii – Perruche de Bourke

Statut de conservation



La perruche de Bourque est classée dans l’annexe II de la CITES ce qui signifie qu’elle n’est pas menacée d’extinction, mais peut le devenir si son commerce n’est pas régulé.

Six perruches ou apparentées sont listées en annexe I : le conure tiriba (Pyrrhura cruentata), la perruche des Chatham (Cyanoramphus forbesi), le conure doré (Guaruba guarouba), la perruche cornue (Eunymphicus cornutus), la perruche de Maurice (Psittacula eques echo), la perruche Sparrman (Cyanoramphus novaezelandiae). Les espèces appartenant à l’annexe I sont des espèces menacées d’extinction dont le commerce est interdit, et les importations ou exportations à des fins scientifiques sont soumis à autorisation.

L’IUCN (International Union for Conservation of Nature) a classé les perruches ondulée avec un statut de préoccupation mineure.


Description


  • La perruche ondulée standard ou de phénotype sauvage possède des plumes jaunes rayées de noire sur l’arrière de la tête et du corps avec des plumes jaunes sur le front et la gorge. Une rangée de points noirs sont présents autour de l’encolure et des plumes jaunes-vertes peuvent être trouvées sur le poitrail.
  • Il existe deux grandes catégories de perruches ondulées : le type anglais, un oiseau de concours avec une tête et un poitrail bien développé, et le type américain, plus actif, et avec une queue plus courte.
  • Il existe de nombreuses mutations de couleurs qui ont été sélectionnées au cours de la domestication de cette espèce.
  • Les perruches ondulées ont un dimorphisme sexuel. Les cires sont bleues chez le mâle, rose ou marron chez la femelle, et nacré chez les perruches juvéniles.


Alimentation


  • Les perruches ondulées sont des animaux granivores. Dans la nature, ces oiseaux se nourrissent de graine d’herbacées, ou de plante du genre chenopodium. Il est aussi rapporter que les perruches ondulées peuvent manger des céréales.
  • Comme les psittacidés écossent les graines avant leur digestion, ils n’ont pas besoin de grit. En fait, certaines perruches peuvent ingérer du grit en quantité anormale lorsqu’ils sont malades ce qui augmente le risque d’impaction.
  • L’alimentation uniquement à base d’un mélange de graine et déficiente en protéine, vitamines, et minéraux, en particulier le calcium et la vitamine A.


Environnement


  • Fournir une cage d’un minimum de 46cm de large et 46 cm de long. La longueur de la cage est plus important que sa hauteur.
  • L’espace entre les barreaux doit-être d’environ 0.95cm.
  • Perchoirs leur diamètre doit être entre 0.95 et 1.9cm. Les perchoirs couverts de papier de verre sont très abrasifs et donc ne sont pas recommandés.
  • Il est recommandé de posséder des perruches en couple ou en groupe.
  • Offrir régulièrement la possibilité aux oiseaux de se baigner. Il est aussi possible de les brumiser avec de l’eau. Ceci permettra de maintenir un plumage sain.


Comportement


  • Le type anglais de perruche ondulé semble plus docile que le type américain.
  • Les perruches ondulées sont des animaux sociaux et devenir apprivoisés.
  • Les perruches sont des oiseaux siffleurs et peuvent apprendre à imiter des sons et des mots.
  • Le comportement naturel de recherche alimentaire est une part importante de l’activité journalière de l’oiseau. Il faut apprendre et encourager les oiseaux domestiques à jouer et à rechercher sa nourriture.


Paramètre physiologiques


Température (moyenne)*41.8 C107.1 F
Fréquence cardiaque au repos (battements/min)Environ 274
Respiration (mouvement/min)60-75
Poids moyen (g)25-35
Espérance de vie (années)7-15
Nombre de jours d’incubation18
Nombre d’œufs par ponte4-6
Température de l’environnementSe rapprocher au plus près du l’environnement naturelUne température intérieure de 21 à 27°C est acceptable cependant les perruches peuvent aussi tolérer des températures plus chaude et plus froide.
* L’examen Clinique de routine chez les oiseaux n’inclue pas la prise de température


Anatomie et physiologie


  • La fréquence cardiaque des perruches ondulée est 7 fois plus élevée que celle des humains.
  • Les particularités anatomiques des de l’ordre des Psittacidés inclues :
    • Communication entre le sinus nasal droit et gauche
    • Muscle intrinsèque de la langue (unique chez les oiseaux)
    • Syrinx simple
    • La charnière cranio faciale du bec est une articulation synoviale
    • Absence de caecum
    • Vésicule biliaire souvent absente
    • Pate zygodactyle : les doigts sont opposés deux à deux


Contention



Les perruches ondulées peuvent être immobilisées en tenant la tête entre l’index et le majeur. Leur corps est maintenu avec la paume de la main, et le reste des doigts.

Prise de sang



Utiliser une aiguille de 27- gauge et une aiguille de 1 à 3ml pour prélever du sang de la veine jugulaire droite. Un volume (en ml) de 1% du poids (en g) vif peut être prélevé chez les patients en bonne santé.

Médecine préventive


  • Réaliser un historique complet et réaliser un examen clinique annuel minutieux.
  • Obtenir des données de référence du patient en réalisant des analyses régulièrement (numération formule sanguine, électrophorèse des protéines, biochimie).
  • S’assurer que l’animal reçoive une alimentation correcte et vive dans un environnement adapté.
  • Recommander de réaliser une quarantaine lors de l’acquisition de nouveaux individus.
  • Réalisée des examens complémentaires additionnels en fonction de l’historique et de l’examen clinique : polyoma virus aviaire, psittacose, Macrorhabdus ornithogaster (test de flottaison)
  • Déterminer l’origine et l’historique de tout nouvel individu malade afin de prévenir toute dissémination de maladie.


Injections


Intramusculaire(IM)Sûr, précis.
Injecter au milieu de la masse musculaire.
Localisation : muscle pectoral
Sous cutanée(SC)De grands volumes peuvent être injectés, mais l’absorption est faible.Localisation: plie inguinal
Intraveineux (IV)Efficace, marges de sécurités étroites.Les veines jugulaires droites, et les veines brachiales sont les plus souvent utilisées.
La veine métatarsienne superficielle peut-être une alternative.


Dominantes pathologiques



Maladies non infectieuses

  • Obésité, tumeur graisseuses
  • Goitre
  • Néoplasie
    • Affections rénales
    • Affections gonadiques
    • Affections hypophysaires
  • Affection de l’appareil reproducteur (rétention d’œufs chronique, péritonite à jaune d’œuf)
  • Xanthome

Maladies infectieuses

  • Trichomonose
  • Polyoma virus aviaire (PVA)
  • Gale du bec et des pates (Knemidokoptes)

Références