Fiche d’informations de base : Lori and Loriquet

Lori et Loriquet – Loriinae

Basic Information Sheet for the Lory and Lorikeet

Histoire naturelle



Les loris et loriquets sauvages vivent en grands groupes. Selon l’espèces, les loris et loriquets sont originaires d’archipels d’Asie du Sud-Est ou de certaines régions d’Australie. Ces oiseaux volent d’une île à l’autre, en quête de nourriture. Les loris et loriquets mangent la noix de coco et les raisins, et ils sont donc considérés comme des nuisibles par les agriculteurs. Le loriquet arc-en-ciel est nomade et suit la floraison des fleurs d’eucalyptus le long de la côte australienne.

Statut de conservation



L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, ou IUCN, décrit le statut de conservation de la plupart de loris et loriquets comme peu préoccupant, bien que certaines espèces soient considérées comme vulnérables ou proche d’être menacées. Le lori rouge et bleu (Eos histrio), le loriquet Rimitara (Vini kuhlii), et le loriquet ultramarin (Vini ultramarina) sont menacés.

Taxonomy



Classe: Aves

Ordre: Psittaciformes

Famille: Psittacidae

Sous-famille: Loriinae

Il existe 12 genres de loris et loriquets, comprenant 56 espèces et de nombreuses sous-espèces.

L’espèce domestique la plus commune est le lori écarlate (Eos bornea).

Les loriquets arc-en-ciel (Trichoglossus haematodus haematodus) sont représentés sur la photo ci-dessus.


Description physique


  • Les loriquets ont une queue plus longue et fine que la queue arrondie et courte des loris. Ils sont aussi plus petits en taille.
  • La couleur du plumage varie en fonction de l’espèce et peut inclure le bleu, le rouge, le jaune, le vert, le violet et le brun olive.
  • Le très populaire lori arc-en-ciel a un col jaune, une couronne, des joues et un front bleus, ainsi qu’une poitrine rayée de noir et des cuisses jaunes rayées de vert.
  • La plupart des loris et loriquets de compagnie ne présentent pas de dimorphisme sexuel, bien que cette caractéristique soit reconnue dans certaines espèces. Par exemple, la femelle du loriquet féérique (Charmosyna pulchella) possède des tâches jaunes sur les côtés du croupion, tandis que le mâle présentera un dessous de queue jaune.


Régime alimentaire


  • Les loris et loriquets sont des nectarivores qui se nourrissent de pollen, de nectar, de fleurs, de certains fruits et d’insectes. Ce régime alimentaire leur fait produire des fientes liquides, ce qui rend la volière plus adaptée pour les loris et loriquets.
  • Les loris et loriquets de compagnie doivent avoir suffisamment d’eau à disposition. La nourriture doit être changée très régulièrement pour prévenir les souillures.
  • Il n’est pas nécessaire de fournir du grit, mais les loris et loriquets en consommeront s’il est présent. En cas de maladie, certains oiseaux peuvent même surconsommer le grit, ce qui les rend sujets à des risques d’impaction.


Contention d’entretien


  • Procurer des bains ou douches quotidiens.
  • Le diamètre des perchoirs varie de 0,95-1,9 cm en fonction de la taille de l’oiseau. Il est déconseillé d’utiliser du papier de verre pour recouvrir les perchoirs car il est très abrasif pour les pattes.
  • Bien s’assurer que les portes de la cage sont fermées car les oiseaux sont très doués pour s’échapper.


Comportement


  • Les loris et loriquets sont intelligents et joueurs. Ils peuvent apprendre des mots et des tours assez facilement.
  • Ils peuvent s’avérer plus adaptés à une vie en volière, mais ils sont territoriaux et ne s’entendent pas avec les autres oiseaux.
  • Les loris arc-en-ciel peuvent dormir sur le dos.
  • L’exploration est une activité importante dans le quotidien des oiseaux. Encourager les oiseaux de compagnie à explorer et jouer.


Valeurs physiologiques


Température (moyenne)*41.7°C 
Fréquence cardiaque au repos (battements/min)VariableOiseaux de 200 g ~ 178
  Oiseaux de 500 g ~ 147
Fréquence respiratoire au repos (respiration/min)Variable30-70
Poids corporel (g)20-280 gDépend de l’espèce
 Loriquet arc-en-ciel130
 Lori écarlate170
Espérance de vie moyenne (années)15-20Loriquets
 20-30Loris
Age au sevrage (jours)62-70Elevage par les parents
Age à l’emplumage (jours)42-50 
Maturité sexuelle (années)2 
Durée moyenne d’incubation (jours)21-25 
Nombre moyen d’œufs par couvée1-5, en moyenne 2Plus l’espèce est petite, plus le nombre d’œufs augmente
Température optimaleImiter l’environnement naturelLes températures des maisons, environ 21-27°C, sont en général acceptable. Cependant, les oiseaux en bonne santé peuvent tolérer des températures chaudes et froides.  
* L’examen clinique des oiseaux n’inclue en général pas de prise de température


Anatomie et physiologie


  • Les loris et loriquets possèdent une langue en forme de pinceau, avec une papille au bout, leur permettant de manger le nectar et le pollen.
  • Ces oiseaux nectarivores sont dotés d’un jabot, d’un proventricule et d’un ventricule ou gésier peu musclés.
  • Les caractéristiques anatomiques de l’ordre des psittaciformes incluent:
    • Communication entre les sinus nasaux droit et gauche
    • Syrinx simple
    • La charnière cranio-faciale du bec est une articulation synoviale
    • Absence de caecum
    • Souvent, absence de vésicule biliaire
    • Pied zygodactyle : 2 doigts pointés vers l’arrière et deux vers l’avant


Contention



Maintenir la tête des loris et loriquets entre l’index, le majeur et l’annulaire. Supporter le poids du corps avec la paume de la main, le pouce et le petit doigt.

Prise de sang



Utiliser une aiguille de 25G et une seringue de 1 à 3 mL pour collecter du sang à la veine jugulaire. Il est possible de prélever jusqu’à 1% du poids corporel chez les oiseaux en bonne santé.

Médecine préventive


  • Recueillir un historique complet et réaliser un examen clinique annuel exhaustif.
  • Obtenir des valeurs de base en réalisant des bilans réguliers (hémogramme, électrophorèse des protéines sériques, bilan biochimique)
  • Recommander des mesures de quarantaine pour les nouveaux oiseaux.
  • Réaliser des examens complémentaires pour certaines maladies sur base de l’historique médical et de l’examen clinique : polyomavirus, chlamydiose.
  • L’utilisation du vaccin équin contre le virus West Nile peut être associée à de l’anémie hémolytique chez les loris.
  • Les oiseaux faisant partie de grands groupes ou de volières ont plus de risque de contracter la maladie de Pacheco. La vaccination peut alors être indiquée.
  • Le vaccin contre le polyomavirus vaccine est recommandé chez les reproducteurs.


Injections


Intramusculaire (IM)Assez sûre et précise. Injecter au milieu de la masse musculaire.Endroit idéal – masse musculaire pectorale
Sous-cutanée (SC)Possibilité d’injecter de grands volumes, mauvaise absorption.Localisation : Pli inguinal ou précrural.
IntraveineuseEfficace, faible marge de sécuritéLe plus souvent, veine jugulaire droite ou veine brachiale. Autre option : veine métatarsale superficielle.


Maladies principales


Maladies non infectieuses

  • Aspergillose
  • Hémochromatose
  • Maladie hépatique
  • Hypovitaminose A
  • Obésité, lipidose hépatique
Maladies infectieuses

  • Colibacillose
  • Maladie du bec et des plumes (PBFD)
  • Salmonellose

**S’enregistrer pour consulter les références**

Références