Fiche d’informations de base : le Canari

Canaries – Serinus spp.

canary

Histoire naturelle



Originaire des îles Canaries, le chant du canari capta l’attention des Européens, qui commencèrent à importer ces oiseaux dans la fin des années 1500. Bien que l’élevage ait produit de nombreux variants, le canari sauvage est un petit oiseau vert. Les populations sauvages sont bien développées et on les rencontre dans une grande variété d’habitats, ce qui explique pourquoi le canari a listé par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) dans la catégorie « préoccupation mineure “de la Liste rouge.

Taxonomie



Clase: Aves

Ordre: Passeriformes

Famille: Fringillidae

Serinus canaria

S. c. domestica – domestique ou canari de chant


Races



Il y a plus de 200 races de canaris. Les canaris sont élevés pour la couleur (par exemple, le canari à facteur rouge), le chant (par exemple, le malinois Waterslager, le roller allemand, le singer américain), et la posture (par exemple, les volants, les huppés, ou les groupes de posture). La plupart des canaris vendus dans les magasins pour animaux de compagnie ne sont pas d’une race spécifique, et sont souvent appelés «canaris communs».

Description physique


  • Le plumage complet est vu en automne et en hiver, lorsque les plumes sont matures et les oiseaux prêts à s’accoupler.
  • Les canaris de couleur sont divisés en un groupe de mélanines (brun, noir, etc.) et de lipochromes (blanc, rouge, et jaune).


Le dimorphisme sexuel


  • Les canaris chantent normalement pendant l’automne, l’hiver et le printemps. La plupart des canaris s’arrêtent de chanter lors de la mue ayant lieu en été.
  • Les mâles ont un chant plus mélodieux que les femelles.


Alimentation


  • Canaries sont granivores. Le régime alimentaire doit être complété par des fruits et des légumes frais ainsi qu’une source de protéines comme de la pâtée d’oeuf.
  • Des pigments provenant d’additifs nutritionnels synthétiques ou provenant d’une alimentation riche en pigments naturels influencent la couleur du plumage, en particulier pour les canaris à facteurs rouges.
  • Les canaris blancs ont un besoin important en vitamine A.
  • Tous les régimes de graines sont déficients en protéines, vitamines, et minéraux, y compris le calcium et la vitamine A.
  • L’apport de grit n’est pas nécessaire chez le canari, mais il est recommandé de leur offrir un os de seiche.


Elevage


  • La plupart du temps, le canari est un animal de compagnie que l’on manipule peu, mais il peut reconnaître son propriétaire.
  • Fournir une cage d’au moins 46 cm de long et de large.
  • Les perchoirs de la cage doivent être espacés de 1 cm avec un diamètre d’environ 1-1.9 cm.
  • Proposez à votre canari un bain au moins deux fois par semaine.


Comportement


  • Les canaris sont des oiseaux vifs.
  • Pendant la mue d’été, le chant des canaris peut diminuer ou s’arrêter.


Valeurs physiologiques normales


Température (moyenne)42 ° C108 ° F
Fréquence cardiaque (battements /min)Environ 274 
Fréquence respiratoire (mouvements respiratoires/min)60-80 
Poids corporel (g)12-30 
Durée de vie moyenne (années)6-12Avec une moyenne de 15 ans
Age du sevrage (jours)  
Nombre moyen de jours d’incubation12-14 
Nombre moyen d’œufs pondus (taille de la couvée)Type de canaris
(les canaris les plus courants peuvent être identifié par leur forme ou leur apparence
4 oeufs
 Canaris de couleur4-7 oeufs
Oisillon jours14 
Age du sevrage (jours)21 
Puberté (années)<1 
Consommation alimentaireJusqu’à 30% du poids corporel/ jourLe métabolisme basal est 65% plus élevé que les non-passereaux.
Consommation d’eau250-300 ml / kg de poids corporel / jourpeut mourir si l’eau retenu pour> 48 heures.
Température optimale moyenneEnviron de 24 ° CLes canaris peuvent s’acclimater à des températures plus froides.
* Un examen clinique aviaire ne comprend pas de mesure de la température du corps


Anatomie et physiologie



Les canaris de chant utilisent les extrémités bronchiques de la syrinx afin de produire deux sons à la fois. Les canaris partagent des caractéristiques anatomiques avec des membres de l’Ordre des Passeriformes:

  • Un métabolisme basal très élevé.
  • 7 sacs aériens: les sacs aériens thoraciques crâniens sont fusionnées avec le sac aérien claviculaire.
  • Des sacs aériens crâniaux (« paleopulmo ») et caudaux (« neopulmo ») bien développés.
  • Il n’y a pas de communication entre les sinus gauche et droite.
  • Un pied anisodactyle bien développé pour se percher: un orteil (hallux) est derrière et les trois autres orteils sont devant.
  • La rate est oblongue, non sphérique.
  • Le caecum est rudimentaire ou résiduel.


Contention


  • « Lumière éteinte / Loin du perchoir »: Pour attraper un canari, placer la cage sur la table d’examen. Éteignez les lumières et attraper l’oiseau rapidement avant qu’il s’acclimate à l’obscurité.
  • Retenir la tête du canari entre l’index et le majeur. Utilisez votre pouce et le petit doigt pour contrôler le corps en douceur.


Prise de sang



Utiliser une aiguille de calibre 27-30G et une seringue de 0.5-1 ml pour prélever le sang au niveau de la veine jugulaire droite. Un prélèvement de plus d’1 % du poids corporel est acceptable chez les patients en bonne santé chez les passereaux.

Le globule blanc prédominant est le lymphocyte chez les passeraux.


Médecine préventive


  • Obtenir une histoire complète et un examen physique annuel complet.
  • Établir des données de référence avec des tests cliniques réguliers (hémogramme, électrophorèse des protéines, et un profil biochimique).
  • Veillez à une nutrition et à des conditions d’élevage appropriés.
  • Recommander la quarantaine pour des oiseaux nouvellement acquis.
  • Effectuer des tests supplémentaires pour certains maladies basées sur l’histoire et l’examen physique.
  • Déterminer l’origine et l’histoire des oiseaux malades nouvellement acquis afin de prévenir la propagation de maladies.
  • La vaccination contre le poxvirus est indiquée pour les canaris hébergés à l’extérieur.


Injections


Intramusculaire (IM)Raisonnablement sûr, plus précis.
Injecter au milieu de la masse musculaire pectorale.
Zone idéale d’injection : masse musculaire pectorale
Sous-cutanée (SC)De grands volumes peuvent être injectés, mauvaise
absorption
Lieu: pli inguinal ou pré crural
Intraveineuse (IV)Efficace, potentiellement dangereux
Veine jugulaire droite


Pathologies importantes


Maladies infectieuses

  • L’atoxoplasmose (symptômes non spécifiques, diarrhée, signes neurologiques, mort)
  • La levure gastrique aviaire ou mégabactériose (M. ornithogaster)
  • La Chlamydophilose
  • La coccidiose (Isospora Canaria)
  • La diarrhée à E. coli chez les oisillons
  • Enterococcus faecalis (trachéite, la pneumonie, aérosacculite)
  • La Listériose (maladie neurologique)
  • La Mycoplasmose (maladie respiratoire)
  • Paramyxovirus de type 3 (mauvais état général, en particulier les signes d’atteinte du système nerveux central comme le torticolis)
  • Poxvirus (sec, humide, et les formes septicémiques)
  • Salmonellose (entérite granulomateuse)
  • La toxoplasmose (maladie respiratoire aiguë, signes neurologiques chroniques)
  • La yersiniose (mortalité suraiguë)

Maladies non-infectieuses

  • Cataractes
  • Des kystes de plumes
  • La calvitie chez les mâles

Références