Ophtalmologie des rapaces: L’examen oculaire

Points clés

  • Un examen oculaire complet doit être réalisé chez tous les oiseaux de proie présentés pour une prise en charge médicale.
  • Dans la mesure du possible, observez dans un premier temps l’oiseau à distance et questionnez de façon exhaustive la personne qui s’en occupe sur sa prise alimentaire et ses habitudes de vol.
  • Chez les oiseaux, l’iris contient un certain nombre de fibres musculaires striées. Cette particularité rend l’utilisation de parasympatholytiques (par exemple  l’atropine et le tropicamide) inefficace. Heureusement, il est généralement possible de dilater suffisamment les pupilles en assombrissant la pièce.
  • Un léger degré d’anisocorie peut être normal chez les rapaces si les yeux ne sont pas éclairés de façon symétrique.
  • Un vrai réflexe photomoteur consensuel n’est pas détectable cliniquement.
  • Evaluez la fonction visuelle et la capacité de l’oiseau à attraper des proies vivantes avant de le relâcher dans la nature.

Chez de nombreux oiseaux, l’œil est l’organe sensoriel le plus important, et même une altération partielle de la vision peut engendrer de lourdes conséquences. Malheureusement, les lésions oculaires représentent des trouvailles fréquentes lors de l’examen ophtalmique chez les oiseaux de proie . . .


To continue you need to be a LafeberVet.com member. (Français), (Español)

Pour continuer, vous devez être un membre LafeberVet.com

Para continuar, debe ser miembro de LafeberVet.com

Already a LafeberVet Member?

Please Login