Nutrition Clinique Aviaire pour les Professionnels de Santé Vétérinaire

Clinical Avian Nutrition for the Veterinary Health Professional

Résumé

Dr. Susan Orosz vous présentera ce webinaire interactif en direct sur les perspectives cliniques de la nutrition aviaire. Comment les professionnels de santé vétérinaire gèrent-il les besoins nutritionnels des oiseaux de compagnie ? Cette discussion inclura les pours et contres des options alimentaires pour les oiseaux de compagnie, des graines aux granulés, en passant par les aliments complets fortifiés à base de graines. Cette présentation explorera aussi les commémoratifs alimentaires et les éléments de l’examen clinique en lien avec le statut nutritionnel, et les techniques pour une conversion réussie à un régime sain. Le reste de la conférence se concentrera sur les problèmes cliniques associés à la nutrition, incluant les déséquilibres nutritionnels, de l’obésité à l’hypovitaminose A, ainsi que la gestion nutritionnelle de maladies cliniques fréquentes.

 

Plan de la conférence

  • Stratégies nutritionnelles
    • Alimentation à base de graines
    • Aliments formulés
      • Aliments granulés
      • Aliments extrudés

    • Aliments complets fortifiés à base de graines entières
  • Foraging (recherche de nourriture)

 

  • Commémoratifs nutritionnels
    • Un outils diagnostique important
    • Déterminer exactement avec quoi l’oiseau est nourri et en quelles proportions
    • Déterminer le “soignant” principal
  • Eléments de l’examen clinique
  • Conversion alimentaire
    • Evaluation du patient
    • Aliments recommandés
    • Surveillance
    • Trucs et astuces
    • Précautions
  • Aliments dangereux pour les oiseaux
    • Aliments ne devant jamais être donnés aux oiseaux
    • Aliments généralement non recommandés mais parfois donnés
  • Gestion Clinique de…
    • L’obésité
      • Facteurs prédisposants
      • Risques potentiels pour la santé
      • Programme de perte de poids
      • Programme de perte de poids

    • Les maladies gastro-intestinales
      • Bornavirus aviaire
      • Ressources concernant la nutrition en soins intensifs sur LafeberVet
        • Nutrition en soins intensifs (webinaire enregistré)
        • Placement d’un tube d’oesophagostomie chez les oiseaux (tutoriel photo)/li>
        • Support nutritionnel du patient exotique critique (webinaire enregistré)
        • L’alimentation par sonde chez les oiseaux (vidéo)
    • La maladie rénale
    • La surcharge en fer
      • Hémosidérose
      • Hémochromatose

A propos de la conférencière

Dr. Susan Orosz est la Directrice du Centre de Santé pour les Oiseaux et Animaux Exotiques de compagnie de Toledo, en Ohio. Après son diplôme de vétérinaire, Dr. Orosz a travaillé dans une clinique pour animaux exotiques à San Diego avant de rejoindre le Collège de Médecine Vétérinaire de l’Université du Tennessee, où elle a été Chef de Section du Service de Médecine Aviaire, pour Animaux Exotiques et de la Faune Sauvage pendant 14 ans. Susan donne des conférences à la fois aux niveaux national et international sur des sujets de médecine aviaire et exotique. Elle a également été Présidente de l’Association of Avian Veterinarians et a reçu en 2007 le prix T.J Lafeber de Praticien Aviaire de l’Année. Dr. Orosz est aussi vétérinaire consultant pour la Société Lafeber. [PLUS]

 

Enregistrement du webinaire en anglais

Note : Trois diapositives (55-57) n’ont pas fonctionné pendant le webinaire entre les minutes 45:20 et 46:24. Ces diapositives et le texte corrigé les accompagnant sont postés ci-dessous.

 

Diapositive 55 : Activité thérapeutique

Slide 55

Le foraging est important

Le fait de battre des ailes est responsable de jusqu’à 20% du métabolisme basal des oiseaux, ainsi il est important de faire en sorte de les faire battre des ailes ou voler. Il faut les faire bouger, avec beaucoup d’activité physique.

 

Diapositive 56 : Programme d’amaigrissement

Slide 56

Des suivis réguliers sont importants à prévoir. Souvenez-vous que nous ne voulons pas seulement les peser, mais surtout les palper car les clients ont tendance à laisser les choses aller.

 

Diapositive 57 : Maladies gastro-intestinales

Slide 57

Tel que précédemment mentionné, lorsque j’ai montré cette photographie d’estomac. Cela est basé sur cette espèce d’oiseau en particulier mais de manière générale il est important de choisir initialement un aliment riche en énergie et pauvre en fibres avec des protéines facilement digestibles…

 

Téléchargez la présentation

Téléchargez la présentation de Dr Orosz :  PDF  (14 MB). Contactez-nous si vous souhaitez une copie du fichier PowerPoint annoté.

 

Test post-webinaire

Avec une note de 70% ou plus, vous recevrez un certificat de formation continue pour 1 heure de crédit de formation continue dans les juridictions qui reconnaissent la validation AAVSB R.A.C.E.

Testez vos connaissances

 

Formulaire d’évaluation

Qu’en avez-vous pensé ? Complétez s’il vous plait le formulaire d’évaluation pour nous donner votre retour ou faire des suggestions concernant de futurs sujets de webinaire.

 

Session de questions-réponses avec l’experte

Bien que Dr Orosz ait pu répondre à la plupart des questions posées pendant le live du webinaire, elle a répondu aux questions restantes par email et ses réponses sont postées ici :

Je ne savais pas que le fait de donner à un oiseau une grande variée de nourriture était associé aux problèmes reproducteurs. Pouvez-vous élaborer à ce propos ?

Les perroquets ont tendance à entrer en phase de reproduction quand la saison des pluies se termine et qu’une plus large gamme d’aliments sont disponibles. Cette augmentation de la variété de nourriture, incluant l’augmentation de la quantité de lipides et de protéines dans l’alimentation, participe souvent à la stimulation de la reproduction. C’est particulièrement important chez les espèces d’oiseaux qui ne sont pas saisonnières. Beaucoup de perroquets sont originaires d’écosystèmes proches de l’équateur et la stimulation de la ponte n’est pas reliée aux changements de photopériode mais aux changements alimentaires. Ainsi quand le propriétaire mal-informé donne une très grande quantité de nourriture, c’est un facteur qui peut stimuler le comportement reproducteur. Le propriétaire présentant cette variété de nourriture alors que l’oiseau est dans sa cage peut être interprété par l’oiseau comme si son compagnon (interprété par l’oiseau comme étant son propriétaire) lui emmenait dans son nid (sa cage) toute cette variété de nourriture, stimulant donc son comportement reproducteur. C’est pour cela que je suggère de donner un choix limité de fruits et légumes chaque jour.

 

Qu’en est-il du rôle du phosphore dans la maladie rénale ? Y a-t-il [des études] ?

Concernant le phosphore, je ne connais pas d’étude évaluant uniquement ce minéral. Il y a eu des études concernant les jeunes perroquets où la quantité de vitamine D3 était trop importante dans la nourriture d’élevage. Chez ces oiseaux, les taux de calcium et de phosphore étaient mesurés et s’avéraient augmentées, causant de la goutte dans les reins et d’autres organes (goutte viscérale). J’ajouterais que cela n’était pas intentionnel de la part du fabricant de l’aliment. 

 

Avez-vous observé des maladies rénales chez les mutations de couleur d’inséparables, perruches ondulées et callopsittes nourris à base de granulés ?

Ces espèces en général peuvent avoir des problèmes avec les régimes à base d’extrudés, leur causant une augmentation de production d’urine. Ils sont granivores et ont raisonnablement besoin de plus de matière dans leur alimentation comme des graines pour permettre le bon fonctionnement de leur tractus gastro-intestinal. C’est pour cela que j’ai tendance à utiliser les Nutri-Berries pour ces espèces. Je n’ai pas vu de différence notable entre les mutations de couleur et les types sauvages mais en général les mutations de couleurs ont tendance à avoir plus de problèmes notamment au niveau immunitaire.

 

Que pensez-vous des herbes médicinales ? Les graines de chardon-marie, l’échinacée, le fenugrec etc ? Cela est-il bon ? Mauvais ? Stimulant ?

J’aime donner des herbes fraiches aux perroquets car ils ont tendance à aimer le persil frisé frais, la coriandre, l’aneth et le basilic. La plupart n’aiment pas l’échinacée mais je n’ai pas essayé le fenugrec. Mais sur le principe tous seraient bien. Ces herbes aident à stimuler le système immunitaire et soutiennent son fonctionnement.

 

Question secondaire par rapport aux insectes séchés congelés, les insectes alimentaires vivants sont-ils considérés comme un bon apport au régime alimentaire comme il apportent aussi un aspect de foraging ?

Vous pouvez ajouter des insectes vivants mais j’ai observé que la plupart des perroquets élevés à la main en ont peur. D’autres sources de protéines possibles peuvent être de petites quantités de viande cuite ou d’œufs. La quantité dépend de l’espèce. Les gris du Gabon et les cacatoès ont besoin d’un peu plus de protéines que les amazones par exemple.

 

Les canaris ont-ils besoin de grit ? Celui-ci devrait-il être insoluble ou soluble ?

La plupart des animaleries vendent un grit insoluble pour les canaris. Ils n’en utilisent pas beaucoup ou pas souvent si on leur en propose. Un des problèmes fréquents avec les oiseaux lorsqu’ils sont malades c’est qu’ils ont tendance à manger du grit en excès et se créer une impaction de grit. J’ai tendance à ne pas donner de grit aux canaris et les nourrir avec des granulés et quelques graines. En plus, je demande aux propriétaires de leur donner des œufs durs avec quelques biscuits secs finement écrasés et d’ajouter la coquille de l’œuf comme forme de grit soluble. Cette mixture d’œuf peut être donnée une à deux fois par semaine, ou, pour les juvéniles, je leur fais donner tous les jours.

 

Quelle quantité en grammes de fruits et légumes devraient manger les perroquets ? Souvent les clients me demandent la quantité qu’ils devraient donner.

Il est très difficile de donner une quantité en grammes car la taille de l’oiseau est importante à considérer. Pour un amazone par exemple, il faudrait environ 4 Nutri-Berries deux fois par jour et environ 2-4 cuillères à soupe de légumes. La quantité de fruits serait un petit morceau. Et pour cette taille d’oiseau, plusieurs noix.

 

Voyez-vous fréquemment des gésiers flasques en pratique ?

Je pense que j’en vois quelques-uns mais sans les confirmer car je n’ai pas de fluoroscopie dans ma clinique. Le ballonnement ou la formation de poches de certaines portions de l’estomac conduit à la formation de poches que les bactéries anaérobies ont tendance à coloniser. Je peux voir cela sur les examens fécaux avec coloration de Gram, avec souvent des bactéries anaérobies ou sporulantes telles que des clostridies. Souvent les perroquets ont un transit gastro-intestinal ralenti pendant les périodes d’augmentation des hormones sexuelles. Ce ralentissement de la motilité gastro-intestinale peut mener à la détection de ces bactéries anaérobies sur les Gram des selles également.

 

Pensez-vous que les perroquets Eclectus ont besoin d’un régime alimentaire plus spécifique du fait de leur syndrome de « toe-tapping » et « wing flipping » ?

Je pense que les Eclectus ne sont pas faciles à gérer sur le plan nutritionnel car ils viennent d’îles avec un écosystème unique. Dr. Mashall* suspecte qu’ils ont besoin d’aliments plus durs pour que leur gésier et leur proventricule fonctionnent correctement. Cela peut impliquer de leur donner plus qu’un régime à base seulement de granulés, en ajoutant plus de légumes durs. De par mon expérience, je ne suis pas sure que le « toe tapping » soit un problème nutritionnel [mais] plutôt secondaire à la ganglionévrite aviaire (ABV) comme la plupart des perroquets atteints de « toe tapping » que j’ai vus en consultation étaient positifs pour le bornavirus.

*Rob Marshall, BVSc, MACVSc (Santé Aviaire) a été mentionné pendant la présentation de Dr Orosz en direct. Il a présenté des conférences à l’ExoticsCon 2019.

 

RACE approval

Ce programme 776-38004 est approuvé par le Registre de Formation Continue (Registry of Continuing Education ou R.A.C.E.) de l’Association Américaine des Boards d’Etat Vétérinaires (American Association of Veterinary State Boards ou AAVSB) pour 1.00 crédit CE pour les vétérinaires et/ou les techniciens vétérinaires. Cette approbation RACE est de catégorie Deux : Clinique Non-Scientifique, via une prestation de type Distance Non-Interactive.* Cette approbation est valide dans les juridictions qui reconnaissance le RACE AASVB ; cependant les participants sont responsables de s’assurer de remplir tous les critères de formation continue de leur board. Le RACE n’accrédite, ne cautionne ou ne certifie aucun programme ni personne, ni ne valide le contenu du programme.

* Note:  Si vous avez assisté au live, l’événement étant interactif vous devez recevoir un certificat indiquant ce fait (après que vous ayez validé le quizz), contactez LafeberVet à vetinfo@lafeber.com.