Urgences et Soins Intensifs des Lapin

hunched rabbit Alamy

Plan de la conférence

rabbit stethescope iStock

  • Triage des urgences
  • Réanimation cardio-pulmonaire
  • Analgésie
    • Opioïdes
    • Anti-inflammatoires
    • Co-analgésiques
  • Fluidothérapie
    • Correction du déficit
    • Réhydratation
    • Maintien
  • Support nutritionnel en soins intensifs

Résumé

Les soins intensifs chez les lapins nécessitent une connaissance approfondie de l’anatomie du lapin et de sa physiologie, ainsi que des techniques cliniques de base. Bien que des données extensives concernant les lapins de laboratoire soient disponibles, les études consacrées aux lapins de compagnie dans des contextes de soins intensifs sont encore nécessaires pour améliorer le pronostic et la qualité des soins.

Quand un lapin est présenté en urgence, la première étape est le triage. Comme chez les autres espèces, commencez par observer le lapin dans sa cage de transport et portez une attention particulière à sa respiration, sa posture et son niveau d’éveil. Si l’animal est en détresse respiratoire ou ne respire pas, s’il ne répond pas aux stimulations, alors une stabilisation immédiate ou même des mesures de réanimation sont nécessaires. Dans les autres cas, comme les lapins ont tendance à cacher leurs symptômes, une anamnèse détaillée doit être obtenue et un examen clinique doit être réalisé.

Les lapins étant très sensibles à la douleur et ses conséquences pouvant être mortelle, un des premiers éléments à mettre en place chez lapins est l’analgésie. La puissance analgésique des anti-inflammatoires non stéroïdiens est souvent insuffisante et certains de leurs effets secondaires peuvent être dangereux chez les patients débilités. Les opioïdes, tels que la buprénorphine, la morphine ou le fentanyl, peuvent être utilisés sans risque chez la plupart des patients. De plus en plus de données sont disponibles concernant les co-analgésiques comme les agonistes alpha-2, les agents dissociatifs, et les anesthésiques locaux, et ils peuvent être très intéressants en soins intensifs.

Dans de nombreux cas, les signes cliniques sont secondaires à la déshydratation ou aux déséquilibres électrolytiques. La fluidothérapie doit être réalisée en trois étapes : correction des déficits (bolus hypertoniques visant à atteindre une pression artérielle de 90 mmHg), réhydratation (avec des cristalloïdes isotoniques pour obtenir un statut hydrique normal), et maintien (pour couvrir les pertes de fluides, d’électrolytes, et d’énergie chez les patients normalement hydratés) avec complémentation en électrolytes si nécessaire.

A propos du conférencier

Charly Pignon est diplômé de l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort à Maisons-Alfort (France) en 2005. Il a ensuite travaillé au centre de soins de la faune sauvage d’Alfort et à la Ménagerie du Jardin des Plantes. En 2009, Charly a effectué un internat en médecine des animaux exotiques à l’Université de Tufts, puis a créé le service NAC de l’Ecole Nationales Vétérinaire d’Alfort. Dr. Pignon est Diplômé du Collège Européen de Médecine Zoologique (Petits Mammifères) et membre du bureau de l’Association Yaboumba, une association française pour la formation continue en NAC et animaux sauvages. [PLUS]

Vidéo du webinar

Note :  Diapositive 10 – Traitement de l’otite externe :  PECALBO + AB = Ablation partielle du canal auditif et ostéotomie latérale de la bulle tympanique plus antibiotiques

Test post-webinar

Avec une note de 70% ou plus, vous recevrez un certificat de formation continue pour 1 heure de crédit de formation continue dans les juridictions reconnaissant l’agrément AAVSB R.A.C.E. (En anglais)

Testez vos connaissances

Formulaire d’évaluation

Qu’en avez-vous pensé ? Merci de compléter le formulaire d’évaluation pour donner votre retour ou faire des suggestion pour de futurs sujets de webinar. (En anglais)

Questions & Réponses par notre expert

Dr. Pignon a pu répondre à toutes les questions soumises lors de la session live de questions et réponses du webinar, cependant deux questions ont été soumises par des participants via la chatbox ou via le formulaire d’évaluation.

Q:  Comment prévenez-vous la survenue de dilatation gastrique secondairement aux mouvements du V-Gel [dispositif supraglottique V-Gel] lors de la réanimation cardiopulmonaire ? Nous essayons d’intuber systématiquement mais nous avons à quelques occasions utilisé le V-Gel et avons observé une dilatation gastrique suite à son utilisation.

R:  La dilatation gastrique peut être une complication de l’utilisation d’un V-Gel trop petit. J’utilise généralement la taille supérieure à celle recommandée par la compagnie dans leur tableau de poids et de taille de V-Gel.

Q :  Avez-vous de l’expérience avec l’utilisation de ranitidine injectable par voie orale ?

R :  Je n’ai jamais utilisé la ranitidine par voie orale, et n’ai pas connaissance de publications concernant son utilisation orale, donc je recommande de l’utiliser par voie sous-cutanée.

Agrément RACE

Ce programme a été révisé et approuvé par le programme du Registre de Formation Continue (R.A.C.E.) l’Association Américaine des Bureaux d’Etats Américains (AAVSB) pour 1 heure de formation continue dans les juridictions qui reconnaissent l’agrément AAVSB R.A.C.E.

Contactez le programme de l’AAVSB R.A.C.E. si vous avez des commentaires ou des inquiétudes concernant la validité de ce programme ou son intérêt pour la profession vétérinaire.