Entérocolite chez les Hamsters

Points clés

  • L’entérocolite est la cause principale morbidité et mortalité chez le hamster.
  • Le “syndrome de la queue mouillée” est un signe clinique non-spécifique pouvant être la conséquence d’une entérocolite et de la diarrhée associée chez le hamster de compagnie.
  • L’étiologie de l’entérocolite peut être multifactorielle chez les hamsters de tous âges. Elle inclue des bactéries telles que Clostridium spp. et Campylobacter jejuni, ainsi que des parasites, particulièrement Hymenolepis nana, et même des champignons.
  • La plupart des agents potentiels du “syndrome de la queue mouillée” sont zoonotiques.
  • Les épisodes de diarrhée chez les hamsters peuvent être initiés par des événements stressants tels qu’une température ou une humidité trop élevées, de la surpopulation, de la malnutrition, des changements alimentaires, un transport, ou toute autre maladie intercurrente comme du parasitisme interne.
  • La prévention et le traitement du “syndrome de la queue mouillée” sont centrés sur l’utilisation d’antibiotiques, la modification des conditions d’entretien, la sélection des reproducteurs et l’euthanasie sélective. Ces mesures se montrent en général peu efficaces.

Introduction

La diarrhée est le problème rencontré le plus fréquemment chez le hamster. Dans une étude récente réalisée chez deux centres d’élevage américains, environ 3% des hamsters transportés développent de la diarrhée. La diarrhée provoquée par une entérocolite peut survenir chez les hamsters de tous âges ou races et est fréquemment appelée “syndrome de la queue mouillée” (Fig 1). Les signes cliniques chez l’animal juste sevré incluent de la diarrhée, de l’anorexie, un poil piqué, de la déshydratation, une perte de poids et la mort. Le taux de mortalité est souvent au plus haut chez les hamsters de 3 à 10 semaines d’âge. Cependant, les hamsters adultes peuvent aussi développer une maladie débilitante voire mourir.

Diarrhea in a hamster

Figure 1. “Syndrome de la queue mouillée” ou diarrhée chez un hamster (Mesocricetus auratus). Photographie par Dr. Lauren Richey. Cliquez pour agrandir l’image.

Etiologie

L’origine de l’entérocolite (Fig 2) peut être multifactorielle chez le hamster, incluant des agents étiologiques bactériens, parasitaires ou même fongiques. Plusieurs des pathogènes documentés chez le hamster sont également transmissibles à l’homme. Les épisodes de diarrhée chez les hamsters peuvent être déclenchés par des événements stressants tels qu’une température ou une humidité trop élevées, de la surpopulation, de la malnutrition, des changements alimentaires, un transport, ou toute autre maladie intercurrente comme du parasitisme interne.

Enterocolitis in a hamster

Figure 2. Apparence macroscopique de l’entérocolite chez un hamster (Mesocricetus auratus). Photographie par Dr. Lauren Richey. Cliquez pour agrandir l’image.

Bactéries

A l’origine, l’entérocolite ou “syndrome de la queue mouillée” a été associée à l’iléite proliferative provoquée par Lawsonia intracellularis. Cependant, il n’y a pas de signe d’iléite proliférative dans les études réalisées par  Barron et al ou Motzel et al. D’autres bactéries ont été impliquées dans le “syndrome de la queue mouillée”, dont Clostridium spp., E. coli, Campylobacter jejuni, Helicobacter aurati, Salmonella spp., et Pasteurella pneumotropica. Dans une étude récente réalisée chez deux centres d’élevage américains, les infections les plus significatives cliniquement étaient celles à Campylobacter et Clostridium. Clostridium piliforme est une bactérie gram-négative intracellulaire obligée et formant des spores. Elle est l’agent de la maladie de Tyzzer. Clostridium difficile a aussi été associée avec de l’entérotoxémie, de la typhlite et de l’entérite chez le hamster (Fig 3).

Tyzzer’s disease in a hamster

Figure 3. Apparence histologique de la maladie de Tyzzer chez un hamster (Mesocricetus auratus). Photographie par Dr. Lauren Richey. Cliquez pour agrandir l’image.

Parasites

Une infection concomittente modérée à sévère par le ver plat Hymenolepis nana, est très courante chez le hamster présentant une entérocolite bactérienne (Fig 4). A mesure que le degré de débilitation augmente, la charge parasitaire augmente également, jusqu’à parfois provoquer des occlusions digestives dans certains cas. Les protozoaires Giardia, Entamoeba, Spironucleus muris, et trichomonidés peuvent aussi être rencontrés chez les animaux affectés.

Gross appearance of the tapeworm

Figure 4. Apparence macroscopique du ver plat Hymenolepsis nana chez un hamster (Mesocricetus auratus). Photographie par Dr. Lauren Richey. Cliquez pour agrandir l’image.

Fongi

La levure Torulopsis sp. (Candida sp.) peut coloniser l’estomac des hamsters de manière importante.

Contrôle

La prévention et le traitement du “syndrome de la queue mouillée” sont centrés sur l’utilisation d’antibiotiques, la modification des conditions d’entretien, la sélection des reproducteurs et l’euthanasie sélective. Malheureusement, cette approche reste rarement efficace à cause de la nature intracellulaire de C. piliforme et de la progression aigüe de la maladie de Tyzzer.

Les spores bactériens sont assez stables et peuvent rester infectieux durant un à deux ans. Le contrôle de l’entérocolite dans les structures d’élevage devrait idéalement inclure des mesures de dépopulation, une désinfection rigoureuse et une repopulation avec des animaux négatifs pour C. piliforme.

Le traitement du patient individuel est basé sur une antibiothérapie et un traitement symptomatique. Commencer un traitement antibiotique de type triméthoprime-sulfamidés (Bactrim®, Roche) à 30 mg/kg PO q12h ou enrofloxacine (Baytril®, Bayer) 5-10 mg/kg PO q12h. En fonction du statut du patient, des fluides sous-cutanés et un support nutritionnel peuvent également être indiqués.

Emettant l’hypothèse qu’une charge parasitaire importante prédisposait l’intestin à de sinfections bactériennes, Barron et al ont traité des hamsters au sevrage avec du praziquantel (Droncit®, Bayer) 20 mg/kg PO répété 10 jours après, et du fenbendazole (Panacur®, Hoechst) 20 mg/kg PO q24h pendant 5 jours juste avant le transport. (Note: Napa Nectar™ Plus est un moyen utile et aisé d’administrer du fenbendazole à une colonie de hamsters). Malheureusement, ce traitement n’a fait aucune différence par rapport aux animaux du groupe témoin.

Résumé

Le “syndrome de la queue mouillée” est un signe Clinique non-spécifique pouvant être dû à une entérocolite et provoquant de la diarrhée chez les hamsters de compagnie. Malheureusement, l’entérocolite est la première cause de morbidité et de mortalité chez les hamsters. L’origine de l’entérocolite peut être multifactorielle chez les hamsters de tous âges et inclue des bactéries telles que Clostridium spp. Et Campylobacter jejuni, et des parasites, particulièrement Hymenolepis nana. Les épisodes de diarrhée chez les hamsters peuvent être déclenchés par divers stress, dont une température ou une humidité trop élevées, de la surpopulation, de la malnutrition, des changements alimentaires, un transport, ou toute autre maladie intercurrente comme du parasitisme interne. La prévention et le traitement du “syndrome de la queue mouillée” sont centrés sur l’utilisation d’antibiotiques, la modification des conditions d’entretien, la sélection des reproducteurs et l’euthanasie sélective. Ces mesures se montrent en général peu efficaces

Remerciement: je remercie le Dr. Lauren Richey, qui a joué un grand rôle dans l’étude citée ci-dessous (Barron et al) et a aussi fourni les photographies

Références

Références

Alworth L, Simmons J, Franklin C, Fish R. Clostridial typhlitis associated with topical antibiotic therapy in a Syrian hamster. Lab Anim 43(3):304-309, 2009.

Barron HW, Richey L, Hernandez-Divers S, Ritchie B. Etiology, pathology, and control of enterocolitis in a group of hamsters. Proc Annu Conf Assoc Exotic Mammal Vet 2007. Pp. 123-126.

Chang J, Rohwer RG. Clostridium difficile infection in adult hamsters. Lab Anim Sci 41(6):548-552, 1991.

Dillehay DL, Paul KS, Boosinger TR, Fox JG. Enterocecocolitis associated with Escherichia coli and Campylobacter-like organisms in a hamster (Mesocricetus auratus) colony. Lab Anim Sci 44(1):12-15, 1994.

Donnelly TM. Disease problems of small rodents. In: Quesenberry KE, Carpenter JW (eds). Ferrets, Rabbits, and Rodents: Clinical Medicine and Surgery. 2nd ed. 2003.

Frisk DC, Wagner JE, Owens DR. Hamster (Mesocricetus auratus) enteritis caused by epithelial cell-invasive Escherichia coli. Infect Immun 31(3):1232-1238, 1981.

Lesher RJ, Jeszenka EV, Swan ME. Enteritis caused by Pasteurella pneumotropica infection in hamsters. J Clin Microbiol 23(3):448, 1985.

Motzel SL, Gibson SV. Tyzzer’s disease in hamsters and gerbils from a pet store supplier. J Am Vet Med Assoc 197:1776-1778, 1990.

Patterson MM, Schrenzel MD, Feng Y, Fox JG. Gastritis and intestinal metaplasia in Syrian hamsters infected with Helicobacter aurati and two other microaerobes. Vet Pathol 37(6):589-596, 2000.

Percy DH, Barthold SW. Hamster. In: Pathology of Laboratory Rodents and Rabbits, 2nd ed. Ames, Iowa. Iowa State University Press; 2001.