Fiche d’informations de base : Tortue des steppes

Tortue des steppes (Testudo horsfieldii)

Tortoise russe

Tortoise russe (Testudo horsfieldii)

Histoire naturelle



La tortue des steppes est également connue sous le nom de tortue de Horsfield ou tortue russe. Son air de répartition se trouve dans le sud-Russie, l’Azerbaïdjan, le sud du Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, l’Iran, l’Afghanistan, le nord-ouest de la Chine, et le Pakistan. L’habitat de cette tortue se compose de steppe sèche. Elles ont tendance à préférer les zones sèches avec de la végétation clairsemée jusqu’à 2500 m d’altitude. La tortue des steppes peu cependant aussi être retrouver près de l’eau, dans des prairies, des forêts et des savanes.

Statut de conservation



Les population des tortue des steppes sauvages sont inscrites à l’Annexe II de la CITES et sont classées dans le statut «vulnérable» par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Taxonomie



Classe: Reptilia

Ordre: Chelonia/Testudines

Famille: Testudinidae

Genre: Testudo

Testudo horsfieldii

Il existe beaucoup de sous-espèces. Les plus communément retrouvée dans le commerce sont:

T. h. horsfieldii horsfieldii

T. h. kazachstanica

T. h. rustamovi


Description physique



Les tortues des steppes sont l’une des plus petites espèces du genre Testudo, mesurant jusqu’à 20 cm de longueur. Leur taille adulte varie de 12 à 20 cm. Les tortues des steppes ont un dimorphisme sexuel, les femelles sont légèrement plus grandes que les mâles.

La dossière est large, arrondi, et «trapue» ou dorsoventralement aplatie. La carapace a une dominante allant du brun verdâtre au noir, avec des décolorations jaunes entre les écailles, celle-ci pouvant être brun-jaunâtre en leur centre. La dossière peut aussi posséder une crête dorsale.

La tortue des steppes peut être distinguée des autres membres du genre Testudo par:

  • L’absence d’une charnière mobile présente à la jonction des écailles fémorales et abdominale au niveau du plastron.
  • Elle possède une griffe cornée ou éperon à l’extrémité de la queue ainsi que des petits éperons (pouvant être aussi décrit comme des écailles) de chaque côté de la queue sur les côtés des cuisses.
  • La présence de seulement quatre doigt, au lieu de cinq sur chaque antérieur.
  • Un grand pont et des grandes écailles latérales, ce qui lui permet de se protéger facilement en rentrant profondément dans sa carapace.

Les femelles sont légèrement plus grandes, avec des écailles évasées sur leur carapace. Les males quant à eux ont une queue plus longue, qui est habituellement replié sur le côté.


Régime alimentaire



Le régime des individus sauvages se compose d’herbes, de fleurs et de feuilles. L’eau peut être fournie dans un bol peu profond comme des soucoupes de pot à fleur. Voir la fiche de données de base tortue méditerranéenne pour plus d’informations.

Condition d’élevage


JourPoint chaudNuitRéférence
21°C -32°CGénéralement 5°C
de plus que la température
maximum journalière
Diminuer d’environ 5°CGibbons 2012
21°C -27°C30°C18°C -24°CFranklin 2007
15°C -30°C5°C -25°C5°C -25°CDivers 2003

Humidité

L’humidité doit être maintenue à un taux relativement faible (pas plus que 65-70%) avec un gradient idéalement de 40-75%.

Eclairage

Un éclairage UVB artificiel est recommandé pour les spécimens en captivité. Voir la Fiche de données de base tortues méditerranéennes pour plus d’informations.

Taille et conception de la cage

Un logement à l’extérieure est mieux si la température le permet. Tortues russes sont particulièrement bonnes fouisseuses sont capable de creuser sous les clôtures. Par conséquent les clôtures doivent être enterrées profondément pour empêcher toutes évasions. Si les températures tombent en dessous de 4°C, les tortues des steppes doivent être placées à l’intérieur. Un bac de stockage opaque peut servir comme un enclos intérieur car ils sont faciles à nettoyer. Au minimum, ce bac doit avoir un volume de 189 L pour une tortue. Une enceinte de 1,2 m par 0,6 m et 30-36 cm de hauteur est préférable.

Substrat

Tortues des steppes sont d’excellents fouisseuses et devraient idéalement avoir suffisamment de substrat dans lequel elle peuvent construire un terrier. Une alternative consiste à creuser des trous dans le sol, et les renforcer avec des planches de bois, dans lesquelles les tortues choisiront de se cacher. Voir la fiche de données de base tortues méditerranéennes pour plus d’informations.

Structure sociale

Les tortues russes sont extrêmement territoriales et généralement ne s’entendent pas bien avec d’autres espèces de tortues. Les tortues des steppes doivent être hébergée de façon individuelle afin d’éviter la promiscuité avec d’autres individus de la même espèce ou d’une espèce différente.

Hibernation ⁄ estivation

Les tortues des steppes sauvages hiberner pendant parfois plus de six mois. Elles sont adaptées à des étés très chauds et des hivers très froids. La durée recommandée d’hibernation est d’environ 3 mois pour une tortue captif adulte en bonne santé. Cette espèce est capable de creuser des terriers profonds pour les protéger des conditions climatiques extrêmes. Les températures d’hibernation standard sont entre 5 à 10°C (Divers 2003). Bien sûr, il est difficile de reproduire les conditions d’estivation sécuritaire en captivité, et pour cette raison certains herpétologistes préfèrent maintenir leurs tortues à des températures modérées qui permettent une activité normale toute l’année.


Anatomie ⁄ physiologie



Bien que l’âge varie avec les facteurs environnementaux, la maturité sexuelle est généralement atteinte autour de 10 ans. Les femelles peuvent produire jusqu’à trois couvée par an, avec jusqu’à cinq œufs chacune. L’incubation des œufs varie de 56-84 jours (Gibbons 2012).
Voir la fiche de données de base des tortues méditerranéennes pour plus d’informations.

Manipulation



Ponction veineuse



Médecine préventive



Dominantes pathologiques


  • Herpès: l’herpès virus des tortues terrestre génotype 1 (TeHV1) semble être très commun chez les tortues steppes. Testudo horsfieldi est l’hôte prédominants du TeHV1. La maladie clinique associé à TeHV1 est plus fréquente au printemps, et bien que ce génotype est associé à une faible morbidité et une faible mortalité des tortues terrestres russes, qui sont souvent porteurs. Les infections au TeHV3 provoquent une maladie particulièrement grave et une forte morbidité et mortalité chez les tortues des steppes.
  • Maladie des voies respiratoires supérieures ou rhinite à Mycoplasma spp., Chlamydophilose, etc.
  • Pneumonie
  • Urolithiase
  • Hyperparathyroïdie secondaire nutritionnelle (maladie métabolique osseuse)
  • Insuffisance rénale
  • Hexamita parva (parasite rénale ou urinaire)
  • Infections oculaires

Note: Contrairement à d’autres membres du genre Testudo, les picornavirus (« virus X ») ne sont pas régulièrement retrouvés chez les tortues des steppes.

Voir la Fiche de Données de base méditerranéenne Tortoise pour plus d’informations.


Quiz



Cliquez ici pour accéder au quiz «tortues terrestres LafeberVet».

Bibliographie