Fiche d’informations de base : Lapins d’Amérique

Lapin d’Amérique (Sylvilagus spp.)

cottontail rabbit

Photo credit: Donald Hines via Flickr Creative Commons


Histoire naturelle



Les lapins d’Amérique se retrouvent dans l’Est et le Midwest des Etats Unis, et sont nombreux dans toute l’étendue de leur aire de répartition.
La grande capacité de reproduction et l’adaptabilité de cette espèce a fait du lapin d’Amérique l’un des gibiers les plus importants d’Amérique du Nord.

Taxonomie



Classe: Mammalia

Ordre : Lagamorpha

Famille : Leporidae – lièvres, lapins

Genre : Sylvilagus – Il existe environ 10 espèces de lapins d’Amérique:

Sylvilagus floridanus – Lapin à queue blanche (distribution la plus étendue)

S. audubonii – Lapin d’Audubon

S. bachmani – Lapin de Bachman

S. palustris – Lapin des marais

S. nuttallii – Lapin de Nuttall

Bien qu’il s’agisse d’espèces différentes, tous ces lapins sont communément appelés “lapins d’Amérique”.

Alimentation



Les lapins d’Amérique mangent une grande variété de végétaux incluant de l’herbe, du carex, des bourgeons, des feuilles, des fruits, des germes et de l’écorce. Pendant les mois estivaux, les lapins d’Amérique mangent principalement des graminées, des légumineuses, des plantes succulentes annuelles, et occasionnellement des légumes de jardin. En hiver, leur alimentation inclut des petites céréales, ainsi que des brindilles, des écorces et des bourgeons d’arbres et d’arbustes.

Leurs aliments préférés incluent généralement les trèfles blancs et incarnats, l’herbe de Bahia, et les plantes succulentes vertes comme la luzerne, le blé, l’orge, l’ivraie et les pois d’hiver.

Leur alimentation en captivité consiste en une variété de verdure, d’herbes, de trèfles et de foin.


Conditions de vie


Les lapins d’Amérique servent de « tête d’affiche » pour les proies, étant un gibier facile pour la plupart des prédateurs. Cette espèce a tendance à être très nerveuse et facilement stressée. Les lapins d’Amérique ne supportent pas bien la captivité et ne devraient pas être maintenus en captivité autrement que pour de très courtes périodes. Il est important de leur fournir de la sécurité visuelle via des cachettes, et de les garder aussi loin que possible des chiens et des chats (vue, sons et odeurs).

Les lapins d’Amérique sont des animaux solitaires relativement intolérants à leurs congénères.

Cottontails are also crepuscular and nocturnal. Feeding activity peaks 2 to 3 hours after dawn and during the hour after sunset.
Les lapins d’Amérique sont crépusculaires et nocturnes. Leur période d’activité d’alimentation survient 2 à 3 heures après l’aube et pendant l’heure qui suit la tombée de la nuit.


Valeurs physiologiques normales


(3-4 en moyenne)

Température 101.3-103 F 38.0-39.6 C
Pouls Non disponible
Respiration n/a
Espérance de vie <3 ans
Maturité sexuelle 2-3 mois Les petites espèces atteignent la puberté plus tôt que les grandes espèces
Gestation 25-31 jours
Taille des portées 1-7 (average 3-4)
Poids à la naissance 23-33 g
Ouverture des yeux Jour 4-5
Gestation 25-31 jours
Taille des portées 1-6 (2 en moyenne)
Âge au sevrage 6-8 semaines
Sortie du nid ˜Jour 14
Âge au sevrage Jour 16-22
Indépendance Semaine 7-8 EYeux ouverts, oreilles levées, ~ 4 pouces (10 cm) de long
Poids corporel à 6 mois 0.5 kg (1.1-1.2 kg)
Poids adulte 1.76-3.37 lb (0.8-1.53 kg) Yeux ouverts, oreilles levées, ~ 4 pouces (10 cm) de long
Température optimale de l’environnement 65-70°F 15.6-21.0°C
Humidité optimale de l’environnement 30% to 50%
Consommation d’eau quotidienne 120 mL/kg/jour



La femelle crée un nid peu profond fait d’herbe et recouvert de fourrure. Les petits y restent cachés par des débris ou des feuilles.

La lapine d’Amérique peut être fécondée le jour de la naissance de sa portée, et peut élever jusqu’à 3 ou 4 portées par saison de reproduction. Un nouveau nid est généralement construit pour chaque portée.

Le lait de la femelle est extrêmement riche, et les jeunes tètent une à deux fois par jour pendant 3 à 5 minutes par tétée.


Contention



Les principes et les précautions pour la contention des lapins d’Amérique sont les mêmes que pour le lapin d’Europe, cependant la nature très nerveuse du lapin d’Amérique nécessite une technique rapide et assurée.

Les lapins possèdent un squelette relativement léger et délicat associé à des muscles du dos et des cuisses forts et bien développés. Avec une contention inadéquate, les lapins qui se débattent ou ruent risquent de se fracturer le dos ou les pattes. Toujours contenir les lapins sur une surface non glissante telle qu’une grande serviette épaisse ou une alèse.

Le port de gants et de vêtements de protection peut aussi être indiqué compte tenu du risque zoonotique potentiel (voir « maladies importantes » ci-dessous).


v


Prise de sang: Des volumes importants peuvent être prélevés à la veine jugulaire ou la veine saphène latérale. De plus petits échantillons peuvent être prélevés à la veine céphalique.


Antibiotiques à éviter



Proscrire les antibiotiques qui ciblent uniquement les bactéries gram-positives comme les bétalactamines.

P.L.A.C.E.:

  • Pénicilline
  • Lincosamide, lincomycine
  • Amoxicilline, ampicilline
  • Céphalosporines, clindamycine
  • Erythromycine


Maladies importantes


La plupart des lapins présentés en clinique sont jeunes, souvent âgés de moins de 1 an. Les traumas sont un motif fréquent de consultation. Les autres maladies rapportées chez les lapins d’Amérique incluent :

  • Les ectoparasites comme les tiques, les poux, les gales et notamment les puces qui sont fréquemment observées chez les lapins d’Amérique (voir Contrôle des ectoparasites chez les petits mammifères).
  • Myiase cutanée à Cuterebra(aussi connue en anglais sous les nom de “warbles” ou “bots”) : ces grandes larves de mouches sont fréquemment rencontrée dans les tissus sous-cutanés du cou et du thorax pendant les mois chauds. Les mouches adultes pondent dans le pelage des lapins, les œufs éclosent plus tard et les larvent s’enfouissent dans la peau. Les larves de Cuterebra grossissent jusqu’à mesurer environ 1,5 pouces (3,8 cm) de long, puis émergent de la peau du lapin et tombent au sol. La larve s’enfouit alors dans le sol où elle se transforme en pupe et émerge ensuite sous la forme d’une mouche adulte. Les décès sont rares chez les lapins infectés.
  • La coccidiose est retrouvée chez la plupart des lapins d’Amérique. Eimeria media et E. perforans peuvent infecter les intestins, et causer des entérites potentiellement fatales chez les juvéniles stressés. La coccidiose hépatique est causée par E. steidae.
  • Le virus du fibrome du lapin, membre de la famille des poxvirus, cause le fibrome de Shope (ou le « rabbit horn » en anglais). La maladie est transmise par des arthropodes. Les lésions cutanées sont observées parfois sur les pattes et les oreilles des lapins d’Amérique. Les lésions commencent par un épaississement discret des tissus sous-cutanés, et progresse sur plusieurs mois avant de régresser rapidement. Le papillomavirus cause des verrues cornées sur le cou, les épaules, les oreilles ou l’abdomen des lapins d’Amérique. Il n’y a pas de traitement pour ces lésions, et ces deux maladies guérissent habituellement de manière spontanée après plusieurs mois. Ces virus sont probablement responsables des mythes concernant le “jackalope », une créature mythique qui ressemble à un lapin avec des cornes d’antilope.

    La myxomatose cause des nodules cutanés fibreux et est aussi transmise par des arthropodes.
    Les lapins sauvages sont généralement considérés assez résistants au myxomavirus, et le lapin de Bachman (S. bachmani) est l’hôte naturel des souches nord-américaines (Californiennes). Certaines espèces de lapins d’Amérique (S. nuttallii, S. audubonii) sont aussi sensibles aux souches de myxomavirus sud-américaines (Brésiliennes). Contrairement à ce que l’on observe chez les lapins européens, le myxomavirus ne semble pas causer de forme disséminée chez les lapins d’Amérique sains.

  • L’infection à Staphylococcus aureus est transmise via des abrasions cutanées ou des piqûres d’insectes. L’infection peut se manifester sous la forme d’abcès des nœuds lymphatiques, et peut devenir systémique. Le diagnostic est confirmé par culture bactérienne.
  • Baylisascaris: Des migrations larvaires aberrantes de Baylisascaris procyonis, B. columnaris ont été associées à des atteintes neurologiques centrales (tourne en rond, pertes d’équilibre, cécité) chez les lapins d’Amérique. Le diagnostic est typiquement posé par histopathologie de la moelle épinière.

Les lapins d’Amérique peuvent aussi servir de porteurs sains ou hôtes intermédiaires d’un grand nombre d’organismes infectieux incluant Sarcocystis falcatula, Taenia pisiformis, Francisella tularensis (tularémie ou “fièvre du lapin”), Listeria monocytogenes, Pasteurella spp., Yersinia spp., Leptospira spp., et Rickettsia rickettsia (fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses).

Ces maladies sont des causes rares de présentation des lapins d’Amérique en clinique, cependant le port de gants et de vêtements de protection est recommandé lors de la manipulation de lapins blessés car ils peuvent être réservoirs de ces maladies.

**Connectez-vous pour voir les références**

Références