Mise en place du cathéter intraveineux chez les petits mammifères

Video

Vidéo produite par le Dr M. Scott Echols et commentée par le Dr Marla Lichtenberger

Introduction

Des cathéters intraveineux (IV) sont couramment mis en place chez le furet et lapin pour administrer des fluides et des médicaments, réaliser une anesthésie, et pour l’administration d’analgésiques lors d’une chirurgie. Des cathéters intraveineux sont également de plus en plus utilisés chez le chinchilla, le cochon d’inde et d’autres petits mammifères (figure 1).

Des cathéters intraveineux sont couramment mis en place chez de nombreux petits mammifères

Figure 1. Des cathéters intraveineux sont couramment mis en place chez de nombreux petits mammifères. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Attention!

Le placement du cathéter IV peut comporter des risques que le praticien doit évaluer, en particulier chez les patients moribonds. Chez ces individus, il peut être prudent d’administrer des fluides tiédis par voie sous-cutanée, tout en réchauffant doucement le patient (figure 2).

Malgré les nombreux avantages de la fluidothérapie intraveineuse, des animaux moribonds peuvent ne pas pourvoir résister au stress de la pose du cathéter

Figure 2. Malgré les nombreux avantages de la fluidothérapie intraveineuse, des animaux moribonds peuvent ne pas pourvoir résister au stress de la pose du cathéter. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Équipement nécessaire

Pour réduire le stress du patient, rassembler le matériel nécessaire pour le cathétérisme IV avant de contentionner le patient (encadré 1).

Encadré 1. Matériel nécessaire pour le placement d’un cathéter intraveineux

Encadré 1. Matériel nécessaire pour le placement d’un cathéter intraveineux
  • Cathéter de taille appropriée
  • Une solution désinfectante tiédie et des fluides réchauffés
  • Des compresses
  • Un petit volume de soluté salé hépariné
  • Un perfuseur court
  • Une bande adhésive
  • Une bande de V-trap
  • Une petite tondeuse (non traumatique pour les petits mammifères)
  • En option: une crème anesthésique topique (par exemple, la crème EMLA)

Veines couramment utilisées

Les sites de cathétérisation IV les plus utilisées comprennent la veine céphalique, la veine saphène latérale et, chez le lapin, la veine marginale de l’oreille (Fig 3).

Sick ferret with a saphenous catheter

Figure 3. Les sites de cathétérisation IV populaires comprennent la veine saphène latérale, la veine céphalique, et la veine marginale de l’oreille chez le lapin. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Veine céphalique

  1. Pour placer un cathéter dans la veine céphalique, placer le patient en décubitus sternal sur une surface antidérapante.
  2. Rasez la patte antérieure, et préparer le site de façon aseptique.
  3. La peau chez les furets et chez quelques lapins peut être épaisse et difficile à traverser. Scarifier la peau en utilisant une aiguille hypodermique de 20-25 G peut permettre de réaliser une petite incision cutanée (figure 4).

    Utiliser une aiguille pour réaliser une incision cutanée chez les patients à peau épaisse

    Figure 4. Utiliser une aiguille pour réaliser une incision cutanée chez les patients à peau épaisse. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

  4. Une fois la veine visualisée, insérer et faire avancer le cathéter.
  5. Ensuite, flusher le cathéter avec un petit volume de soluté salé hépariné.
  6. Fixez le cathéter en prenant soin de ne pas trop mettre de ruban adhésif. Cela rendra le cathéter lourd qui sera plus susceptible de le faire glisser (figure 5).

    Évitez de mettre une grande quantité de bande adhésive. Cela rendra le cathéter lourd et risquera de le faire glisser

    Figure 5. Évitez de mettre une grande quantité de bande adhésive. Cela rendra le cathéter lourd et risquera de le faire glisser. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

  7. Recouvrir le cathéter avec une bande de V-trap.

Veine marginale auriculaire

Les veines marginales auriculaires se situent sur la partie extérieure du pavillon de l’oreille (figure 6). L’artère auriculaire traverse le centre du pavillon. Il peut être tentant de placer un cathéter dans l’artère de l’oreille car elle est beaucoup plus grande que les veines marginales. Cependant, les solutés de perfusion et les médicaments ne doivent jamais être administrés dans l’artère auriculaire centrale.

La veine marginale ou la veine auriculaire est indiquée en bleu

Figure 6. La veine marginale ou la veine auriculaire est indiquée en bleu. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

  • Tonte et préparation aseptique de l’oreille.
  • Stabiliser l’oreille en plaçant une main autour de la base du pavillon.
  • Tenir la veine auriculaire avec le pouce ou l’index.v
  • Réaliser une petite scarification si nécessaire (voir ci-dessus veine céphalique).
  • Ensuite, insérer et faire avancer le cathéter (figure 7).

    Le cathéter est introduit dans la veine auriculaire marginale tandis que l'oreille est maintenue à la base du pavillon

    Figure 7. Le cathéter est introduit dans la veine auriculaire marginale tandis que l’oreille est maintenue à la base du pavillon. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

  • La fixation avec de la bande adhésive peut être difficile en raison de la forme et de la taille de l’oreille. Le pavillon auriculaire est stabilisé avec un rouleau de compresses ou une seringue (figure 8). Une fois le tuteur de compresses enroulées ou la seringue mise en place, fixer le cathéter.
Stabiliser le pavillon en utilisant un rouleau de compresses ou une seringue puis fixer le cathéter

Figure 8. Stabiliser le pavillon en utilisant un rouleau de compresses ou une seringue puis fixer le cathéter. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Besoins d’entretien en fluidothérapie

Administrer des solutés IV en perfusion à débit constant ou diviser le volume à perfuser calculé en deux ou quatre bolus. Une pompe à perfusion est le moyen le plus sûr et le plus précis pour administrer des fluides par voie intraveineuse à un patient de petite taille. Une burette à perfusion peut également être utilisée.

Fixation du cathéter

Si le cathéter n’est pas directement retiré en post-opératoire, enlever la bande adhésive au moins une fois par jour et nettoyer doucement la zone. Si le site de cathéter est rouge, chaud, gonflé ou douloureux, le cathéter doit être retiré et replacé sur un autre site.

L’évaluation du patient

Il est extrêmement important de suivre de près les petits patients pour prévenir toute surcharge volémique (encadré 2).

Encadré 2. Les signes de surhydratation
Surhydratation modérée Surcharge volémique sévère
écoulement nasal séreux et tachypnée oedème pulmonaire, œdème sous-cutané et distension veineuse jugulaire

Des symptômes surhydratation peuvent inclure un écoulement nasal séreux et une tachypnée (Fig. 9). Si rien n’est fait, le patient risque de développer un oedème pulmonaire, un oedème sous-cutané et une dilatation de la veine jugulaire.

Monitor mammals closely for signs of early signs of overhydration

Figure 9. Surveiller les petits mammifères pour détecter les premiers signes de surhydratation comme un écoulement nasal séreux. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Pour en savoir plus