Electrocardiographie chez les Animaux d’Espèces Exotiques

Points clés

  • L’électrocardiographie permet de surveiller l’activité électrique des cellules musculaires cardiaques et est particulièrement utile au cours des anesthésie de longue durée lorsque des perturbations de la balance électrolytique et acido-basique peuvent conduire à des arythmies.
  • Chez les petits patients ou les espèces avec une peau délicate les pinces alligators ne sont généralement pas attachées directement. A la place, les pinces sont fixées à l’extrémité d’aiguilles hypodermiques de petit diamètre ou sur des sutures en acier inoxydable qui ont été passées au travers de la peau et de l’espace sous-cutané.
  • Des patchs adhésifs ou des électrodes à bouton pour électrocardiogramme peuvent être placés sur les coussinets des petits mammifères ou directement sur la peau des grands mammifères ou des grands reptiles lisses.
  • Le tracé normal d’un ECG chez un oiseau peut ressembler à une tachycardie ventriculaire, principalement car l’onde S est grande et négative.
  • Le tracé normal d’un ECG de reptile peut présenter une onde SV, qui correspond à la dépolarisation du sinus venosus, des ondes de faible amplitude, et des intervalles ST et QT plus longs.
  • Prenez toujours garde, lors de l’utilisation de l’ECG pour vérifier si le patient reptilien est en vie, car le cœur peut continuer à se contracter pendant de grandes périodes de temps suite à la mort. Utilisez toujours une technique de surveillance additionnelle pour confirmer la circulation comme la capnographie ou l’existence d’un flux sanguin avec un Doppler.
  • Cet article fait partie d’une série sur la surveillance anesthésique chez les animaux d’espèces exotiques. Les sujets additionnels disponibles incluent: la pression sanguine, la capnométrie, l’oxymétrie de pouls, et la surveillance des signes vitaux .

Introduction

L’activité électrique des cellules musculaires cardiaques peut être surveillée par le tracé d’un électrocardiogramme (ECG).5,15 Le tracé ECG est composé de trois complexes primaires: l’onde P, le complexe QRS, et l’onde T, qui représentent respectivement la dépolarisation atriale, la dépolarisation ventriculaire et la repolarisation ventriculaire (Fig 1). L’électrocardiographie est particulièrement utile au cours d’une anesthésie de longue durée lorsque des perturbations de la balance électrolytique ou acido-basique peuvent conduire à des arythmies ou au cours de procédures pour lesquelles des perturbations du fonctionnement cardiaque ou du rythme peuvent être anticipées, telle qu’une chirurgie thoracique.5

The classic ECG tracing consists of a P wave (atrial depolarization), QRS wave (ventricular depolarization), and T wave (ventricular repolarization)

Figure 1. Le tracé ECG classique est composé d’une onde P (dépolarisation atriale), d’une onde QRS (dépolarisation ventriculaire) et d’une onde T (repolarisation ventriculaire). Illustration provenant de Anatomy & Physiology, Connexions Web site via Wikimedia Commons.

Les dispositifs vétérinaires permettant une surveillance précise des fréquences cardiaques rapides et qui sont capables d’afficher des signaux ECG de faible voltage sont les meilleurs pour les animaux d’espèces exotiques (Fig 2).5,7 Idéalement, l’ECG devrait également être équipé d’une fonction “freeze” et de vitesses d’enregistrement pouvant atteindre 100 mm/s.7,8,9

Electrocardiography tracing in a rat

Figure 2. Tracé ECG chez un rat (Rattus norvegicus). Crédit photographique: Katrina Lafferty, CVT, VTS. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Mammifères exotiques de compagnie

En raison de la nature délicate de la peau des mammifères exotiques, les pinces alligator ne sont pas attachées directement sur la peau mais sont attachées à la place sur l’extrémité d’aiguilles hypodermiques de petit diamètre ou sur des sutures en acier inoxydable qui ont été passées au travers de l’espace sous-cutané et de la peau.6 Alternativement, des patchs ECG adhésifs ou des électrodes en bouton peuvent être placées sur les coussinets. De grands patchs peuvent facilement être taillés à la bonne taille car le matériel adhésif peut être irritant pour les peaux délicates.5

L’ECG peut être utilisé pour détecter et diagnostiquer des arythmies et des anomalies de conduction:

  • Une arythmie sinusale prononcée est souvent observée chez les furets (Mustela putorius furo) normaux. L’existence de blocs atrio-ventriculaires de second degrés peut également être normale chez les furets.14 Une tachycardie sinusale et des complexes atriaux ou ventriculaires prématurés sont fréquemment observés chez les furets avec des maladies cardiaques. Une bradycardie sinusale peut se développer secondairement à une hypoglycémie et un insulinome.
  • Les lapins (Oryctolagus cuniculus) peuvent présenter des problèmes cardiovasculaires reliés à l’existence d’un thymome, d’une insuffisance cardiaque congestive, ou d’une maladie valvulaire. Un électrocardiogramme peut être utilisé pour détecter des rythmes anormaux associés à ces maladies, incluant une fibrillation atriale, des complexes ventriculaires prématurés, une tachycardie ventriculaire, et une tachycardie supra-ventriculaire.11

Oiseaux

Bien que la fréquence cardiaque rapide des oiseaux puisse constituer une difficulté pour la plupart des équipement d’électrocardiographie, les électrocardiogrammes ont été décrits chez de nombreuses espèces aviaires.2,4,5 Un tracé ECG bipolaire peut être obtenu en plaçant la dérivation atriale droite (parfois appelée “bras droit”) du côté droit du sternum en position craniale et la dérivation atriale gauche du côté gauche du sternum caudal.16 Les pinces alligators sont généralement attachées à des aiguilles ou à des suture en acier inoxydable tel que cela a été décrit ci-dessus pour les mammifères exotiques de compagnie.17

Le tracé ECG normal chez le patient aviaire peut donner l’apparence d’une tachycardie ventriculaire, principalement du fait que l’onde S est grande et négative (Fig 3).13 Cette morphologie du complexe QRS reflète la forte densité de fibres nerveuses sympathiques et parasympathiques dans les ventricules et les atria aviaires, en comparaison des mammifères.18

A monitoring screen with electrocardiography from an anesthetized whooping crane

Figure 3. Ecran d’un moniteur permettant la surveillance d’une grue blanche anesthésiée (Grus americana). Notez l’onde S proéminente et la fréquence cardiaque rapide (flèche), normale pour de nombreuses espèces aviaires. Crédit photographique: Katrina Lafferty, CVT, VTS. 

Reptiles

La peau épaisse et écailleuse des serpents et des lézards limite la sensibilité des dérivations ECG. La conduction efficace du signal nécessite l’utilisation de pinces alligators attachées à des aiguilles ou à des sutures en acier inoxydable.17 Des patchs ECG adhésifs peuvent également être placés directement sur la peau écailleuse de reptiles comme les grands serpents et les chéloniens (Fig 4).3 Les dérivations électrocardiographiques peuvent être placées soit dans une configuration standard trois-membres soit dans une configuration base-apex.17 Cette dernière nécessite simplement que la dérivation du “bras droit” soit placée 10-12 écailles cranialement au cœur (un tiers à un quart de la longueur du corps) et que la dérivation du “bras gauche” soit placée 10-12 écailles caudalement au cœur.17 Des configuration de dérivation ECG base-apex œsophagienne sont également disponibles dans le commerce et peuvent être combinées dans le tube d’un stéthoscope œsophagien.17

Electrocardiography patches placed on an Aldabra tortoise

Figure 4. Patchs électrocardiographiques placés sur une tortue d’Aldabra (Aldabrachelys gigantea). Crédit photographique: Katrina Lafferty, CVT, VTS. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

L’utilisation de l’électrocardiographie chez les reptiles est rendue difficile par l’absence de valeurs normales. Toutefois, le tracé ECG classique peut présenter une onde SV qui précède l’onde P.1,3,12 L’onde SV correspond à la dépolarisation du sinus venosus, lequel sert de pacemaker au cœur tricavitaire présent chez la plupart des reptiles.1 L’ECG reptilien a également des ondes avec une amplitude relativement faible, une phase de repolarisation bien plus longue (intervalles ST et QT bien plus longs), et un intervalle TP considérablement plus court.17,10

Bien que la présence d’une onde ECG ne permette pas d’exclure un arrêt cardiaque en raison de la possibilité d’une activité électrique sans pouls, le cœur des reptiles continue souvent de se contracter pendant de longues périodes de temps après la mort, de sorte que l’interprétation d’un ECG devrait être précautionneuse lorsqu’elle est utilisée comme une preuve de vie.3 Utilisez toujours une technique de surveillance supplémentaire qui assure une circulation spontanée, telle que la capnographie ou le flux avec un Doppler.15

Résumé

L’électrocardiographie peut être utilisée pour détecter et diagnostiquer les arythmies ainsi que les anomalies de conduction, particulièrement au cours d’une anesthésie prolongée. Lors de la surveillance de l’ECG chez les animaux exotiques, les pinces alligator ne sont généralement pas attachées directement sur le patient, et plus particulièrement chez ceux de petite taille ou avec une peau délicate. A la place, les pinces sont attachées à l’extrémité d’aiguilles hypodermiques de petit diamètre ou des boucles de suture en acier inoxydable qui ont été passées au travers de la peau et de l’espace sous-cutané. Des patchs adhésifs ECG peuvent être utilisés chez les mammifères ou les grands reptiles lisses. Le tracé ECG normal des reptiles peut inclure une onde SV, des ondes de faible amplitude, et une phase de repolarisation relativement longue (représentée par des intervalles ST et QT plus longs). Le tracé ECG aviaire normal peut ressembler à celui observé lors de tachycardie ventriculaire, principalement du fait d’une grande onde S négative.

Références