Surveillance des Signes Vitaux chez les Espèces d’Animaux Exotiques

Points clés

  • Les paramètres physiologiques essentiels, tels que la fréquence et le rythme cardiaque, la fréquence et la profondeur respiratoire, la température corporelle, et la couleur des muqueuses, devraient être évalués chez tous les patients, y compris les espèces d’animaux exotiques.
  • Le matériel de surveillance est utile mais ne peut pas remplacer des techniques de surveillance manuelle.
  • Le maintien d’une température corporelle normale est une priorité importante au cours d’une anesthésie générale. Les jeunes, les animaux en croissance, les patients présentant une mauvaise note d’état corporel, et les petites espèces avec un rapport surface-masse élevé présentent tous un risque particulier d’hypothermie.
  • Au cours de l’anesthésie et du réveil, il convient de s’efforcer de maintenir la température corporelle de tout patient reptilien au sein de sa zone de température optimale préférentielle.
  • Une modification de la respiration est parfois le premier signe d’un problème qui nécessite une intervention. En conséquence, la fréquence, le rythme et la profondeur respiratoires devraient être étroitement surveillés au cours de la période péri-anesthésique.
  • Les oiseaux tolèrent beaucoup moins bien l’apnée que les reptiles ou les mammifères. Un arrêt de la respiration ne serait-ce que pendant 10 à 15 secondes chez le patient aviaire est généralement une indication qu’il faut réduire la profondeur anesthésique et assister la ventilation.
  • Tous les reptiles nécessitent une ventilation à pression positive intermittente à une profondeur d’anesthésie chirurgicale.
  • Cet article fait partie d’une série sur la surveillance anesthésique chez les animaux exotiques de compagnie. Les autres sujets disponibles incluent : la pression sanguine, la capnométrie, l’électrocardiographie, et l’oxymétrie de pouls.

Tous les anesthésistes, y compris les plus chevronnés et les plus inébranlables, peuvent se retrouvés intimidés par les patients d’espèces exotiques. La surveillance de l’anesthésie peut être angoissante en soi, et ceci peut encore être aggravé par les difficultés supplémentaires liées à ces espèces particulières. Les moniteurs d’anesthésie vétérinaire classiques pour les patients canins et félins ne sont pas conçus pour lire les fréquences cardiaques et respiratoires extrêmement élevées (ou extrêmement basses) de certains animaux exotiques. Malgr . . .


To continue you need to be a LafeberVet.com member. (Français), (Español)

Pour continuer, vous devez être un membre LafeberVet.com

Para continuar, debe ser miembro de LafeberVet.com

Already a LafeberVet Member?

Please Login